Animaux Totémiques

Généralités :

Dans le département de l’Hérault, lors de manifestations culturelles ou de fêtes votives, les habitants de certaines villes ou villages font défiler un animal totémique, emblème de leur cité, dans les rues. Si certains de ces animaux totémiques sont récents, la plupart sont de tradition très ancienne, souvent liée à une légende.

La majorité des animaux totémiques ont été créés à partir du xvie siècle. Le plus ancien animal totémique connu est le chameau (lo camèl) de Béziers, suivi par l’âne de Gignac et le poulain de Pézenas. Leur forme est parfois très libre et fantaisiste (le chameau de Béziers n’a qu’une bosse…) et leur taille et poids sont très variables. Un des plus lourds est le poulain de Pézenas, le plus gros étant le chameau de Béziers. Il s’agit le plus souvent d’une construction faite en bois et recouverte d’une toile colorée, à l’intérieur de laquelle des porteurs se nichent pour faire avancer l’animal totem lors de processions. Le nombre de porteurs varie selon la taille de la construction. Durant l’Histoire, certains de ces totems ont pu disparaître pour renaître quelques années ou siècles plus tard. Il en est même qui ont été détruits (tel le chameau de Béziers) lors des périodes révolutionnaires.

Ils sont souvent accompagnés par un autre animal-totem, commun à de nombreux villages, le « chevalet », représentant un cheval porté à la taille par un homme dont le tronc dépasse du corps de l’animal. On retrouve le chevalet dans de nombreux villages : ValrosLansarguesPoussan…mais aussi à Agde et Montpellier.

La symbolique de l’animal totémique est très manichéenne. Certains sont un symbole du mal (la chenille de Pinet mange des feuilles de vigne, donc elle symbolise les ennemis de la viticulture) et servent donc pour les villageois à exorciser les malheurs qui ont frappé le village, tel le serpent de Bédarieux. D’autres animaux totémiques symbolisent le bien, ou du moins des vertus positives (le courage, la force, la ruse), comme l’âne de Bessan ou de Gignac, ou la miraculeuse chèvre de Montagnac.

Il existe par ailleurs de rares animaux totémiques en dehors du département de l’Hérault, outre la Tarasque de Tarascon, tels l’ours de Prats-de-Mollo dans les Pyrénées-Orientales, le « bœuf qui vole » (le vola buòu en occitan) à Saint-Ambroix dans le Gard, ou encore « l’âne qui vole » à Gonfaron et le sanglier de Varages dans le Var.

La Tamaron

La Baragònha